CGT Finances Publiques Gironde

Visite de PARINI-CHAUD A TOULOUSE

jeudi 4 mars 2010 par webmestre2

Dépêche de l’AFP

TOULOUSE, 2 mars 2010 (AFP) - Le directeur général des finances publiques Philippe Parini, venu exposer les orientations de son administration à Toulouse, a été forcé d’annuler la réunion prévue par des manifestants avec lesquels il s’est entretenu pendant plus d’une heure à propos de leurs revendications.

Environ 400 manifestants selon les organisateurs - 250 à 300 selon la gendarmerie -, venus de de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon, ont empêché la tenue d’une réunion de M. Parini avec 600 cadres et agents qui avaient participé à des ateliers sur les orientations de l’administration.

Le délégué du Snui-sud-Trésor, Christian Terrancle, a dénoncé « un simulacre de concertation avec les agents », faisant remarquer que chaque atelier ne devait disposer que de trois minutes pour exposer son compte rendu.

M. Parini a dialogué pendant une heure et demie avec les manifestants réunis à l’appel de la CGT, de Force ouvrière, du Snui et de Sud-solidaire, dans le hall du centre de congrès Diagora de Labège dont ils avaient forcé les portes aux cris de « mobilité, précarité, non ! ».

Un délégué CGT, Dominique Fichten, a dit que les discussions avaient porté sur « les emplois, les salaires et la réforme » et que M. Parini « n’avait pas répondu clairement aux questions posées ».

Une manifestation similaire avait eu lieu mercredi à Mérignac (Gironde). M. Parini était allé à la rencontre les 150 syndicalistes venus lui porter une pétition forte de 1.500 signatures contre les suppressions d’emploi.

La fusion entre les administrations du Trésor et des Impôt, achevée à Paris depuis avril 2008, « est encore en cours à l’échelle locale. M. Parini fait un tour des régions, dans une période de forte tension », a dit à l’AFP Damien Leroux, secrétaire général de la fédération des Finances CFDT.

« Le mécontentent est très fort un peu partout », a-t-il ajouté. « Même FO-Finances a appelé à la manifestation interprofessionnelle du 23 mars », a-t-il affirmé.

« La communication entre les services informatiques n’est pas effective et les agents doivent recevoir les usagers dans des salles confidentialité, suite aux regroupements en un seul lieu contre plusieurs avant », a ajouté M. Leroux.

« Les personnels ne sont pas habitués à gérer des affluences de 200 ou 300 personnes dans la journée, avec en permanence une file de 50 personnes, à répartir entre plusieurs guichets, et une pression psychologique sur les agents, des remarques désagréables », a déclaré Jean-Yves Brun (FO).


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 319978

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Publications  Suivre la vie du site Divers   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License