CGT Finances Publiques Gironde

Congrès de l’union départementale CGT de la Gironde : bref compte rendu.

lundi 27 novembre 2006 par webmestre

Le 56e congrès de l’Union Départementale (UD) CGT s’est tenu du 21 au 23 novembre à BLANQUEFORT.

Le choix de cette commune n’est pas un hasard, car située dans le ressort de l’Union Locale (UL) de SAINT MEDARD qui regroupe les cantons de BLANQUEFORT, SAINT MEDARD et un partie de celui de CASTELNAU. Or, sur ces secteurs géographiques sont installées des sociétés qui se sont tristement illustrées ces derniers mois en licenciant massivement : FORD, SOGERMA, SOLECTRON, FISRT METAL etc... D’ailleurs le thème majeur du congrès était l’emploi industriel en Gironde avec pour toile de fonds une présentation du département (population, chômage, nature des emplois).

La CE (commission exécutive) sortante avait fait le pari de réunir à l’occasion de ce congrès 400 délégués : pari tenu puisque 340 délégués y participaient, représentant 92 syndicats et 33 fédérations. A comparer aux 220 participants au précédent congrès de 2003.

Majoritairement masculin, les déléguées femmes ne représentaient que 34 % des présents ; le plus jeune délégué a 23 ans (AIA) et le plus vieux, 73 ans (retraité du secteur bancaire), soit une moyenne d’age de 47 ans. On constate une augmentation du secteur privé par rapport au précédent congrès, ce qui est une bonne chose, le secteur public étant quant à lui stable.

Pour ce qui concerne les composantes de notre fédération des Finances, outre la section CGT Trésor Gironde, étaient également présents les camarades des Impôts, de la CDC et les Monnaies et Médailles.

Le rapport d’activité a été voté à une large majorité, dont les représentants de notre section. 26 amendements au projet d’orientation ont été déposés de la part de 6 syndicats ce qui en soit est insuffisant. Le rapport d’orientation amendé a également été voté à une très grande majorité, dont les délégués de la section du Trésor. Un des aspects intéressant de ce projet est la prise en compte de la revendication d’une sécurité sociale professionnelle et l’exigence d’un Nouveau Statut du Travail Salarié (NSTS).

La CGT propose de la sortie de l’école à la fin de la vie active que chacun soit assuré du droit à l’emploi, à la progression professionnelle et salariale, à la formation continue, à la protection sociale et à la retraite. Cela signifie que la suppression d’emploi individuelle ou collective ne doit pas se traduire par la rupture de contrat. Celui-ci doit se poursuivre jusqu’à l’obtention d’un nouvel emploi de niveau de qualification et de salaire au moins égal.

Les entreprises de la branche ou du bassin d’emploi doivent être mises à contribution pour assurer financièrement l’efficacité de ce droit. La mobilité doit être un droit des salariés et non une obligation. Chaque nouvel employeur doit être tenu de respecter les droits antérieurement acquis par le salarié : ancienneté, salaire, formation, protection sociale etc.. Pour ce faire des journées d’études sur la sécurité sociale professionnelle et le NSTS vont être organisées en les décentralisant chaque fois que possible au niveau des UL. Un collectif départemental NSTS va être mis en place pour porter interprofessionnellement les revendications et créer les conditions d’une mobilisation.

Enfin le congrès a adopté à une large majorité une résolution concernant la nouvelle répartition des cotisations des syndiqués du territoire de la Gironde conformément aux décision du 48e congrès confédéral. Ce système prendra effet à compter du 1er janvier 2007. Un an après sa mise en application, une évaluation de ce nouveau système de répartition sera faite. Un comité général (instance se tenant entre 2 congrès) ou un congrès de l’UD pourra si nécessaire modifier le contenu de cette résolution.

La nouvelle Commission Exécutive (CE) issue de ce congrès a été renouvelée à hauteur de 43 % : certains camarades, soit, partent à la retraite, soit, prennent d’autres responsabilités dans d’autres structures syndicales ou reprennent le travail.

Un camarade du SNADGI, Michel FOURCADE, entre dans cette nouvelle CE.

Marie-Hélène FICHOT, Monique DOMERGUE et Louis RUMEAU représentaient la CGT Trésor Gironde à ce congrès.


Première motion :
Le 1er mai 1938 la Bourse du Travail a été inaugurée, elle a été confiée aux Syndicats Ouvriers Confédérés de la CGT qui en ont fait leur siège.C’est un patrimoine historique, architectural, social et culturel, des syndicatsCGT qui constituent l’Union Departementale, des syndiqués et au-delà de tous les bordelais, girondins et aquitains.


Deuxième motion :
Le Congrès de l’UD CGT 33 condamne fermement la politique de l’entreprise Aréna qui remet en cause le site de production de Libourne, agitant la menaced’une fermeture dès fin mars 2007, ce qui entraînerait la perte de 169 emplois directs. Le Congrès apporte tout son soutien aux salariés de cette entreprise...


Consultez les 2 motions en cliquant sur les vignettes


Documents joints

Sauvons les emplois d’Arena

27 novembre 2006
Document : PDF
77.4 ko

Bourse du Travail

27 novembre 2006
Document : PDF
72 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 320231

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Informations  Suivre la vie du site Infos Sociales   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License