CGT Finances Publiques Gironde

Article du mensuel L’ELU d’AUJOURD’HUI : « Gironde : la restructuration du réseau du Trésor Public »

dimanche 6 mars 2005 par webmestre

Gironde : la restructuration du réseau Trésor public

Article du mensuel : L’ELU D’AUJOURD’HUI N° 299 Date : 15/02/2005

Partout en France, la fermeture des trésoreries va s’accélérer en 2005.
La Gironde n’y échappe pas. Quatorze sont prévues dont dix dans des communes rurales qui subissent aussi la fermeture des bureaux de poste.

Dès 2003, la Cgt-Trésor33 alertait les élus sur le danger de la restructuration du réseau du Trésor public et multipliait les rencontres. Comme, avec Guy DUPIOL, maire de Saint-Symphorien, commune classée « zone de revitalisation rurale » et d’autant plus attaché au service public. Guy DUPIOL a fait sienne une pétition rédigée par le syndicat et l’a diffusée auprès de ses administrés ainsi que dans les différentes communes du canton.

À la Teste-de-Buch, commune de 25 000 habitants, le maire, François ACOT-MIRANDE, ne mâchait pas ses mots. « En annonçant la concentration des services de Bercy à Arcachon, Monsieur Sarkozy ne fait que démontrer l’asservissement des moyens de l’État au profit d’intérêt de partis », déclarait-il. « C’est contraire à toute logique d’aménagement du territoire, de déconcentration du service de l’État et de proximité avec les citoyens ».

La totalité des conseils municipaux concernés demandait le maintien de la Trésorerie par voie de délibérations. Et ce n’est pas l’annonce d’ouverture de permanences deux ou trois demi-journées par semaine en contrepartie de la suppression de la Trésorerie qui devait convaincre élus et population.

En réponse à un courrier de la Cgt-Trésor33, en septembre 2003, Jean-Jacques Paris, conseiller général du canton de Bègles, exprimait son attachement au service public, sa solidarité avec les élus (dont aucun n’est communiste) et les usagers et proposait à l’assemblée départementale « de se prononcer contre toute expérimentation qui pourrait conduire à de tels abandons  ».

Les élus expriment leur colère

Philippe MADRELLE, président du conseil général, s’adressait au ministre de l’Économie et des Finances. « En laissant en déshérence certains territoires ruraux, l’État n’assume pas son rôle qui doit être moteur dans le cadre de l’aménagement du territoire et se désengage de ses responsabilités », lui écrivait-il, ajoutant « nous nous élevons contre toute réforme qui pourrait porter atteinte à nos efforts en faveur d’un aménagement du territoire que nous estimons plus équilibré que certaines réformes technocratiques... ».

La réponse d’Alain LAMBERT, ministre délégué au Budget, fut sans surprise. « Afin de préserver la qualité du service rendu, une démarche visant à adapter les modes de gestion des trésoreries rurales aux évolutions du contexte économique et social, tant national que local, a été engagée.
Le Trésor public cherche en effet à concilier au mieux l’objectif d’accessibilité de ses services et la contrainte d’un emploi optimal des ressources en personnel mises à la disposition par la loi de finances.
 »

Les efforts de la Cgt-Trésor33 pour faire accepter ses propositions - mise en place d’un véritable dialogue social, respect du rôle des syndicats et organismes paritaires, moratoire sur les restructurations locales du réseau et véritable concertation avant toute décision - n’ont toujours pas été entendus. Selon l’organisation syndicale, le mouvement de protestation n’a pas été jusqu’ici à la hauteur de l’enjeu et les élus, le conseil général notamment, « ne se sont pas suffisamment engagés ». Ce que ne conteste pas Jean-Jacques Paris qui estime urgent de renforcer la mobilisation.
Christine Abdelkrim-Delanne
En savoir plus : http://www.elunet.org


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 320025

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Site - Archives  Suivre la vie du site CGT Trésor  Suivre la vie du site Restructurations auTrésor   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License