CGT Finances Publiques Gironde

Actualités sur la rénovation du restaurant, Mutuelle du Trésor (où on va ?), Droit de grève en question...

mardi 27 juillet 2004 par webmestre

RESTAURANT TG, MUTUELLE DU TRESOR, DROIT DE GREVE....

PDF - 172.2 ko
CGT 26.07.2004

INFORMATIONS SUR LA RENOVATION DU RESTAURANT DE LA TG

La Fédération des Finances CGT et le Syndicat National du Trésor CGT sont intervenus la semaine dernière auprès de la DPMA à Paris.

Voici les éléments fournis par le ministère :
- L’appel d’offre a été fructueux (tous les lots sont pourvus).
- Les marchés sont signés et sont au visa du contrôle financier.
- Ils seront notifiés en août aux entreprises.
- Les travaux de rénovation du restaurant commenceront en octobre pour une durée de 6 mois.
- Les travaux d’étanchéité de la dalle de Mériadeck sont déjà commencés.

La CGT continuera d’intervenir et de vous informer sur ce dossier.


MUTUELLE DU TRESOR

Un choix de Mutuelle qui demande réflexion.

Pour une Mutuelle solidaire, égalitaire et de qualité pour tous écrivions nous dans un supplément de la Tribune en mai, mais l’Assemblée Générale de la mutuelle réunie les 24 et 25 juin 2004 à Caen a voté pour l’adoption de la nouvelle offre par 153 voix, contre 26 et 4 abstentions. C’est un coup dur pour les valeurs qui fondent la Mutualité.

Lors de cette Assemblée Générale, des militants CGT étaient présents dans les délégations du 06, 22, 35, 37, 38 et La Guadeloupe. Un secrétaire du Syndicat National du Trésor a également assisté à la séance du 25 juin. 21 délégués sont intervenus dans le débat sur l’offre nouvelle, ce qui est exceptionnel, notons d’ailleurs que 10% des adhérents ont participé aux AG départementales contre 4% habituellement.

Nos camarades du 35 (que Mr Delaunay a voulu interrompre) et du 38 sont intervenus pour dénoncer le projet qui va à l’encontre des intérêts des mutualistes. De nombreuses délégations ont fait part de malaises et d’inquiétudes chez nos collègues. Ceci est illustré par la situation de certains retraités : le conseil d’administration à répertorié 500 cas au niveau national de mise en grande difficulté suite à cette réforme, et qui feront l’objet d’une prise en charge particulière, à apprécier par chaque comité départemental. Le conseil d’administration a ainsi démontré le caractère dangereux de cette réforme, pour les plus démunis d’entre nous.

Vous avez reçu de la mutuelle du trésor, une carte réponse avant le 15 septembre afin de choisir entre les 3 offres qui prendront effet au 01 01 2005 : l’offre Multi Santé, l’offre Vita Santé, l’offre Prémi Santé (adhésion avant l’âge de 35 ans).

Ne vous précipitez pas, prenez tout votre temps pour comparer et étudier les différentes offres d’autant qu’un rappel vous sera envoyé entre le 15 et le 20 août. En cas de non réponse vous serez automatiquement basculé dans Vita Santé.

Vous pourrez exceptionnellement changer avant le 31 03 2005 pour effet au 01 07 2005 ou avant le 30 09 2005 pour effet au 01 01 2006. Ensuite vous aurez le droit de passer alternativement de Multi Santé à Vita Santé tous les deux ans. Lissage des cotisations uniquement pour les ayants droit (conjoints, etc.) sur plusieurs années pour en atténuer les effets douloureux :

AnnéesActifsRetraités
200550 %25 %
200670 %50 %
200785 %75 %
2008100 %100 %
La question du maintien de l’Indemnité pour Perte de Traitement pour les plus de 60 ans est remise à plus tard.

De plus les enfants handicapés qui ne peuvent exercer une activité rémunérée (donc sans ressource propre) et qui ont 20 ans doivent payer une cotisation comme tout autre enfant atteignant ses 20 ans ! Il est évident que ce sont leurs parents qui devront mettre la main au porte-monnaie... Dans le document remis aux participants à l’AG, relevons page 13, quelques informations :
- Concernant Multi Santé, il est écrit « elle garantit la possibilité de consommer sans s’impliquer, mais ne permet pas de s’engager sur une maîtrise de l’évolution des cotisations » En clair, la santé est considéré comme un bien de consommation qu’on nous reproche d’utiliser tout en programmant d’ores et déjà des hausses sensibles de cotisation.
- Concernant Vita Santé, il est écrit « Cette approche santé est basée sur le conseil et l’orientation, la qualité, la sélectivité et le partenariat avec les professionnels de santé. Une plate forme santé (N° indigo : 0820 20 14 30) et notre réseau de correspondants accompagneront les adhérents dans leur recherche de ces professionnels ou pour tout conseil et orientation dans le système de soins ».
- Il est aussi indiqué : « Les grandes différences entre les choix résident dans le maintien pour Multi Santé d’une prise en charge intégrale du ticket modérateur... intègre le remboursement des dépassements d’honoraires à hauteur de 33 euros par consultation de spécialiste ».
- « Vita Santé...intègre des prises en charge d’actes de prévention en matière dentaire notamment, engage l’adhérent à adopter une attitude moins passive par rapport au médicament, l’oriente vers des réseaux de praticiens sélectionnés... ».
- Concernant Prémi Santé, la plaquette est expressive « vous vous sentez en pleine forme et vous ne voyez pas la nécessité pour l’instant d’opter pour une couverture santé de haut niveau... » En clair, vous êtes autorisé a adhérer, la cotisation sera même minorée si vous avez moins de 35 ans au moment de l’adhésion (valable aussi pour les autres offres) de 30% la 1er année, 20% les 2e et 3e années et 10% la 4e, mais ne soyez pas malade, car les remboursements seront à la hauteur des cotisations. Attention, la mention remboursement à 100%, signifie non pas un remboursement de 100% de votre dépense mais de 100% du tarif Sécurité Sociale, qui est largement inférieur bien souvent à la dépense engagée.


DROIT DE GREVE

Sous prétexte de service garanti, le rapport Mandelkern est une attaque en règle contre le droit de grève :
- Dix jours de préavis avant la grève, sept jours de négociation et trois jours de préavis technique ;
- Une déclaration d’intention individuelle de participation ou non à la grève, 48 heures avant le début de la grève, obligatoire et irrévocable qui pervertit l’acte de grève en tant que décision concertée et donc collective d’arrêt de travail et autorise toutes les pressions individuelles de la direction à l’égard des agents ;
- La possibilité pour l’entreprise de pouvoir maintenir en service des agents, c’est-à-dire d’imposer à certains grévistes de travailler : le contrat de travail ou la définition de fonction pourrait stipuler la restriction ou l’interdiction du droit de grève ;
- L’autorité organisatrice (commune, département, région, etc.) serait chargée de l’identification et de la définition de la garantie de transport minimum à assurer et la direction d’entreprise de déterminer le nombre de salariés devant travailler. Cette recommandation est créatrice d’inégalités et de contradictions incompatibles avec les principes d’égalité de traitement affirmés par ailleurs ;
- La création d’une autorité administrative dite « indépendante » censée garantir le dialogue préalable a de quoi laisser, pour le moins sceptique quant à sa réactivité, son indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics, son efficacité. Ce rapport jette de l’huile sur le feu à un moment où la conflictualité est en baisse et où les préoccupations des usagers sont davantage tournées vers la qualité journalière des transports que vers les problèmes en cas de grève.

La Cgt s’insurge contre ces propositions. Le gouvernement ne doit pas leur donner de suite législative ! Le droit de grève est déjà très encadré, le restreindre encore ne réglera pas les problèmes posés. La Cgt exige que les dispositions légales actuelles, fréquemment bafouées par les directions d’entreprises, soient respectées et appliquées notamment la négociation obligatoire pendant les cinq jours de préavis.

Toujours dans le cadre légal actuel, la Cgt avance des propositions pour améliorer le dialogue social, la négociation : Une meilleure définition de l’obligation de négocier :
- toutes les parties doivent avoir la possibilité de la susciter et les moyens de la préparer, l’argumenter, en faire connaître les avancées et les blocages,
- Les directions d’entreprises doivent avoir les moyens de répondre aux revendications,
- Les syndicats doivent avoir la possibilité d’informer et consulter les personnels autant que de besoin,
- Seuls les accords signés par une ou des organisations représentant la majorité des salariés concernés par l’accord doivent être validés,

Le développement d’une information opérationnelle performante, d’une communication de qualité en direction des usagers et d’un dialogue permanent avec leurs représentants ou dans le cadre de manifestations publiques parrainées par l’entreprise et par les organisations syndicales. Pour diminuer les conflits, il faut en réduire les causes. S’attaquer au droit de grève n’empêchera pas les grèves mais développera de nouvelles sources de tensions. La Cgt alerte les salariés et les usagers sur les dangers pour l’exercice de services de qualité et pour l’exercice des libertés démocratiques des préconisations de ce rapport, elle mettra tout en œuvre pour qu’elles soient renvoyées au panier.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 320231

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Site - Archives  Suivre la vie du site CGT Trésor  Suivre la vie du site Publications   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License